dimanche 29 mai 2016

Dimanche 6 octobre 1996 : Condes - Thoirette.

C'est à l'automne que nous revenons à Condes.
A 11h30, on remonte par un sentier s'élevant dans des anciennes vignes et des champs et l’on rejoint le large chemin qui vient de Boutavent. On continue à flanc, au-dessus de la vallée de l'Ain et du lac de Coiselet. A un carrefour forestier, on arrive au pied d'anciennes fortifications. On aperçoit une petite tour ronde un peu plus haut. On grimpe par un sentier raide dans les buis. Par des éboulis et des dalles rocheuses inclinées, on atteint le pic d'Oliferne (807 m), point culminant de la région et du GR de pays. Panorama de premier ordre sur la vallée de l'Ain (500 mètres plus bas), le Haut Jura, les Alpes et en face la Bresse. Enfin..., on devrait avoir ce panorama, parce que la brume englobe toute la butte ! Une troupe de vététistes d'Arinthod nous y rattrape, le vélo sur l'épaule...
Le château d'Oliferne, construit vers 1230, a été détruit par les troupes d'Henri IV. Perpétué par la tradition orale, Oliferne est un lieu de légende : les trois filles du baron précipitées dans l'Ain, dans des tonneaux tapissés de clous. Aujourd'hui, des murs du château démantelé par les troupes françaises, il ne subsiste plus que quelques ruines isolées et magiques.
Depuis les ruines, nous redescendons de la butte pour continuer sur le chemin d'Oliferne à Boutavent. Nous montons ensuite à travers bois et friches, et nous passons au-dessus des rochers de la Seya. Nous mangeons en cours de route dans une petite clairière.
Puis le GRP reprend un chemin forestier qui descend à la colonie de vacances de l'Ermitage, sur la route Arinthod - Thoirette, à côté d'un ancien moulin et d'anciens fours à chaux. De l'autre côté de la route départementale, nous nous engageons dans une petite combe étroite, toute en longueur, entre deux monts, pendant 5 kilomètres. Nous passons devant la grange de l'Etang et descendons sur Thoirette.
En fond de vallée, au bord de l'Ain, c'est un lieu de villégiature réputé.
Maman et Gilbert, qui habitent depuis septembre à Vosbles, nous y attendent, à 16h10. Les premières feuilles jaunies tombent au sol...

Avec eux, nous retournons chercher notre voiture à Condes.

*****

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire