dimanche 29 mai 2016

Samedi 10 avril 1993 : Col des Roches - Ronchamp.

Au matin, je roule jusqu’au hameau de Montvilliers. De là, je rejoins à pied le col des Roches, en empruntant le GR 59 en contresens.

Je reprends ma randonnée au col des Roches, là où j’étais arrivé hier soir. Le GR 59 monte dans les sapins puis traverse une vaste étendue dénudée de fougères, les Prés Février. Il a gelé cette nuit, mais le soleil radoucit l’atmosphère. Le GR pénètre à nouveau en forêt. Au bord du chemin, sous les conifères, une petite tente : des randonneurs ont passé la nuit à cet endroit.
Je rejoins le hameau de Montvilliers où je retrouve le Trafic.
Le GR empruntant la petite route, je roule avec la camionnette jusqu’au hameau de la Chevestraye et monte au col éponyme. Près d’un mur de soutènement, le sentier va remonter la forêt d’Arobert sur les dernières cimes vosgiennes.

Pressé par le temps, je m’engage avec le Trafic sur un chemin forestier, uniquement autorisé aux grumiers, qui s’élève parallèlement au GR. Un camion que je croise difficilement me prévient : le garde forestier est dans le coin ; je risque un « topic ». Je rejoins néanmoins le hameau du Plainet où je retrouve le GR.

Le GR 59 rencontre les quelques maisons du Plainet, sur une cime à 700 m. Après l’ancienne école, il plonge sur le versant sud dans une forêt de hêtres.

Avec le Trafic, je contourne la cime et rejoins le sentier qui débouche sur l’autre versant.

Je continue à tricher : j’emprunte en voiture le GR pendant 5 km sur la route non goudronnée qui descend vers le ruisseau du Rhien et qui le longe jusqu’au hameau du même nom, en fond de vallée. Je roule encore sur le GR 59 jusqu’à une scierie.
Je laisse là le Trafic et grimpe à pied à travers une prairie puis en sous-bois sur le versant nord de la colline de Bourlemont. Je passe derrière un hôtel-restaurant, rejoins la route de Ronchamp et arrive à la chapelle N-D du Haut (472 m).
Due à Le Corbusier, cette chapelle fut achevée en 1955. Connue dans le monde entier, elle est un événement de l’art sacré contemporain, à l’architecture résolument moderne, toute blanche avec un toit gris. Oui, bon !... Je fais le tour de la chapelle, de l’extérieur. Elle est fermée.
De là, un sentier descend en sous-bois pour rejoindre Ronchamp, ancienne cité minière.

Quant à moi, je retourne chercher le Trafic avec lequel je descends à Ronchamp.
Dans l’après-midi, je roule jusqu’à Arinthod (Jura), où habite maintenant Viviane depuis le mois de mars.

*****

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire